[Ebook] ➧ Antimanuel d'économie : Tome 2, Les cigales Auteur Bernard Maris – Papercuts.co

Bernard Maris propose une vision des m canismes de l conomie, sous l inspiration notamment de la th orie mim tique de Ren Girard Derri re la rationalit de l acteur conomique, surgit le mim tisme de la foule La logique de la concurrence revue sous cet angle est tr s tonnante et rebours de ce qui est commun ment admis Le Premier Tome De Cet Antimanuel Racontait La Raret , L Offre, La Demande, La Concurrence, Le Commerce, L Argent C Tait Le Tome Des Fourmis Raisonneuses, Rationnelles, Go Stes, Pargnantes, Bref, Calculatrices Le Lecteur D Couvrait, Un Peu Tonn , Que La Comp Tition N Tait Pas Le Vrai Moteur Des Changes Et Qu Elle Laissait Souvent La Place Aux Ph Nom Nes De Pouvoir, De Mim Tisme Et De Foule Voici Venue La Revanche Des Cigales Et Si L Inutile, La Gratuit , Le Don, L Insouciance, Le Plaisir, La Recherche D Sint Ress E, La Po Sie, La Cr Ation Hasardeuse Engendraient De La Valeur Et Si Les Marchands D Pendaient Combien Des Po Tes Et Si La Fourmi N Tait Rien Sans La Cigale Voici Venu Le Temps D Affirmer, Contre Les Conomistes, Que L Inutile Cr E De L Utilit , Que La Gratuit Cr E De La Richesse, Que L Int R T Ne Peut Exister Sans Le D Sint Ressement On Verra Que Ce Livre Ne D Daigne En Rien Les Marchands Mais Pourquoi Sont Ils Devenus La Classe Dominante Pourquoi Sommes Nous Sortis De Ces Soci T S De Chasseurs Cueilleurs, Qui Marchaient Dans La Beaut , Comme Le Chantent Certaines Tribus Nous Sommes Pass S Du C T De L Utile Et Du Laid Et En M Me Temps, Le Capitalisme Fait Partie De Notre Vie, Tout Simplement, Et Ne M Rite Pas D Tre M Pris , Sauf M Priser La Vie Si L On Veut Approcher L Essence Du Capitalisme, Il Faut Sortir Des Sentiers De L Conomie Et Musarder Avec L Histoire, L Anthropologie Et La Psychologie Ce Second Tome Se Situe Aux Fronti Res Ou Au Del De L ConomieBernard Maris A Publi De Nombreux Ouvrages D Conomie, Ainsi Que Des Romans Le Journal, L Enfant Qui Voulait Tre Muet Prix Leclerc Des Libraires En Professeur D Universit En France Et Aux Etats Unis, Il Anime La Page Conomie De Charlie Hebdo, Sous Le Nom D Oncle Bernard Dot En Du Titre De Meilleur Conomiste, Connu Par Des Ouvrages Comme Lettre Ouverte Aux Gourous De L Conomie Qui Nous Prennent Pour Des Imb Ciles, Ah Dieu Que La Guerre Conomique Est Jolie Ou Encore La Bourse Ou La Vie, L Conomie Qu Il R V Le Et Que Nous Vivons Nous Permet De R Fl Chir Un Au Del De L Horreur Conomique Il ne s agit en aucun cas d un manuel d conomie Ce livre est destin tous les curieux qui souhaitent comprendre d avantage l actualit conomique, le pourquoi du comment de notre crise conomique actuelle, ou encore le fonctionnement du capitalisme dans son ensemble.L auteur vous emm ne bien au del des questions habituellement abord es en conomie et vous propose de r fl chir sur le sens de la vie au sein du syst me capitaliste o encore sur les r les qu ont jou l Histoire et la religion dans l dification de ce syst me.Ce livre est tr s riche en r f rences, autant philosophiques, litt raires, qu conomiques et propose des extraits des textes originaux la fin de chaque chapitre C est une invitation la r flexion personnelle autour de notre syst me actuel.Je recommande cet ouvrage passionnant tous les curieux, conomistes ou non Vous ne pouvez sortir que grandi de la lecture de cet antimanuel. Les fans de Bernard Maris dont je suis, et les autres doivent lire cet ouvrage frapp au coin de l rudition, du bon sens et de l humour. Cet ouvrage est clair, facile lire, imag , intelligent une tr s bonne base pour les non avertis et un plaisir pour les autres C est du Bernard Maris Tr s bien Un livre rudit, trop rudit, qui part dans tous les sens, difficile suivre tant les citations sont nombreuses et les explications succinctes, voir inexistantes Ligne apr s ligne les parenth ses sont ouvertes et ferm es au bonheur du discours Inutile de lire ce livre sans de bonnes bases pr alables en la mati re conomie sociologie comportement humain on s y perd car les commentaires personnels de l auteur, justifi s et pertinents, certes, se m lent au faits.